Historique

          L’histoire de Delaire’s Créations débute en 1897 lorsque Lucien Delaire, fils d’un fabricant de toile à matelas dans le Nord, arrive à Paris. Archéologue reconverti, il décide de vendre de la toile à matelas et s’installe au 5 rue de Charonne dans le Faubourg St-Antoine avec sa femme, Estelle. Après une période faste arrivent malheureusement les inondations de 1910. Lucien meurt des suites d’une pneumonie en voulant sauver à tout prix sa marchandise entreposée dans les caves. Sa femme, Estelle, devient alors matelassière afin de subvenir à ses besoins et à ceux de leur fils, Jean. Jean reprendra par la suite l’affaire de sa mère en agrandissant l’entreprise familiale, engageant plusieurs matelassiers et tapissiers.

 

delaire's créations historique

`

 
          Vers le milieu des années 50, son fils Michel intègre l’école Boule où il obtient son diplôme de tapissier. Il travaille dans l’atelier et au magasin avec son père dès la sortie de l’école. Quelques années plus tard, son côté artiste le pousse vite à partir à travers l’Europe, menant une vie de bohème… Il travaillera entre-autre pour des studios de cinéma pour lesquels il créera des décors de films. En 1972 à Madrid, il prend en charge l’une des plus importantes boutiques de décoration, où les clients, issus pour la plupart de la noblesse espagnole, sont avides de mobilier français. Il revient en France en 1977 pour s’installer dans les Vosges, où se situe le fleuron du mobilier français…
          Son premier fils, François, entre au lycée professionnel de Neufchâteau en 1981, sous l’enseignement d’un des meilleurs tapissiers, Claude Ossu, qui deviendra professeur à Boule. Il obtient son diplôme de Tapissier-Décorateur avec une grande facilité en 1984. Deux ans plus tard, nait son fils Camille qui sera diplômé Tapissier-Décorateur lui aussi à Nice en 2005. Il continuera sa formation à ses côtés.
          Installé à Andelot-Blancheville depuis 1991, François Delaire a eu en main des centaines de fauteuils, chaises et autre mobilier… mais se considère toujours en formation continue ! Il ne peut s’empêcher de relever des défis. Son travail étant avant tout une passion, entre deux réfections, il innove, il teste d’autres matières, des patines… Il est à l’écoute de tout ce qui a trait à la mode. L’excellence de son travail n’étant plus à prouver, c’est à travers de nouvelles créations que François atteint son rêve : en apporter à ses clients !